lundi 5 février 2007

j'ai prié pour toi - HE PEDIDO POR TI

Queridísimo hijo, estos días estoy un poco desorientada, no sé, me imagino que es porque pensaba que la espera sería más fácil o no sabía realmente a lo que me iba a confrontar y no sé todavía vivirlo bien. Bueno, tengo ciertas informaciones contradictorias en cuanto al avance de las adopciones en Colombia y ello no participa a mejorar mi estado de ánimo. Pero tengo que ser fuerte y continuar. Por eso te quiero contar que estuve en Valencia, en mi cuna, la tierra que me vió nacer y a la que quiero tanto, donde tengo todos mis puntos de referencia, donde cuando voy me siento, por excelencia, bien. Fuí a ver a mi mamá, que también la necesito, aunque yo sea mayor. A la que tanto quiero y tan bien me conoce, con quien comparto una relación extraordinaria y con quién puedo hablar de tí con el anhelo que una hija puede hablar a su mamá de su futuro hijo. En cuanto la ví, por lo primero que me pregunto fué por tí ! tiene unas ganas de ser tu abuelita ! de abrazarte ! y de besarte tus manitas … ! siempre dice : « hay esas manitas tan chiquitinas …. ! » y se le pone una carita de amor ! Mi respuesta fué que hasta dentro de unos años no te tendremos y me da pena cuando se lo digo porque se desilusiona … en fin, qué le vamos a hacer ! El hecho es que me había preparado un sábado estupendo ! Lo más especial que hicimos fué ir a una fiesta religiosa que había en mi barrio (Russafa). El sábado era San Blas y se le pide para que los niños tengan buena salud ! Imagínate …. cuando me lo dijo y entramos en la iglesia para pedir …. Sabés qué pedi ? Pedí por tí, cariño ! Y me saltaron las lágrimas de los ojos, que tuve que secármelas conforme salían para que nadie se diera cuenta, ni siquiera mi mamá, porque es tan adentro que te llevo, hijo, que son mis tripas las que lloraban … Pensé en la mujer que te llevará en su vientre … y le pedí que no sufriera … qué raro suena, verdad ? pues es así ! que te quisiera el tiempo que estuviera contigo y que sufrierais lo menos posible. No sé nada de tí en estos momentos, no sé dónde nacerás, ni cuándo y cual sera tu historia pero lo único que sé es que un día te encontrarás solo y pedí para que ese día no fuera cruel… no sé como decirlo, pero pensé en cosas así. Un fin de semana más que pensé en ti, que pedi por ti y que vivi por ti.

Mon très cher enfant, ces jours-ci je me trouve un peu désorientée, je ne sais pas, j’imagine que c’est parce que je pensais l’attente plus facile ou parce que je ne savais pas très bien à quoi j’allais être confrontée et je ne sais pas encore bien le vivre. J’ai quelques informations contradictoires sur l’avancement des adoptions en Colombie et ceci ne participe pas à améliorer mon état d’âme. Mais je dois être forte et continuer. C’est pourquoi je voudrais te racconter que j’ai été à Valencia ce weekend ,
mon berçeau, la terre qui m'a vue naître et que j'aime tant, où j'ai tous mes repères, là ou je me sens, par excellence, bien. Je suis allée voir ma mère, qui bien que je sois grande, j'ai besoin aussi d'elle. Qui me connaît très bien et qui j'aime tant, avec qui je partage une relation extraordinaire et à qui je peux parler de toi avec l'illusion avec la quelle une fille parle à sa mère de son futur enfant. Dès que nous nous sommes rencontrées, elle m'a demandé pour toi ! elle a tellmeent envie de devenir ta grande mère ! de t'embrasser ! et d'embrasser tes petites mains ...! elle dit toujours : " ah, ces petites mains, si petites ... !" et son visage se remplit de tellement d'amour ! Ma réponse a été que quelques années devront passer encore avant de pouvoir t'avoir dans nos bras ... et j'ai de la peine quand je lui dit parce qu'elle semble si triste tout de suite .... Le fait est qu'elle m'a préparé un samedi super ! Nous avons fait qualque chose d'espécial : fêter la San Blaisse (typique de mon quartier à Valence), dans cette fête les mamans prient pour que leurs enfants aient une bonne santé, pas de tousse ... Imagine-toi .... Quand nous somes entrées dans l'église pour prier... tu sais pour qui j'ai prié ? Pour toi, mon amour ! et les larmes sortirent de mes yeux que je devais secher à fur et à mesure qu'elles sortaient pour que personne le remarque, même pas ma mère... parce que c'est tellement dedans que je te porte que c'est mes tripes qui pleuraient ... j'ai pensée à la femme qui te portera dans son ventre... et j'ai prié pour qu'elle ne souffre pas ... c'est bizarre, hein ? eh bien c'est comme ça ! qu'elle t'aime le temps qu'elle sera avec toi et que vous souffrez le moins possible. Aujourd'hui je ne sais rien de toi, j'ignore où tu naîtras, ni quand, ni quelle sera ton histoire ... la seule chose que je sais est qu'un jour tu seras seul et j'ai prié poiur que ce jour ne soit pas cruel...je ne sais pas comment dire, mais j'ai pensé à ces choses là. Un weekend de plus où j'ai pensé à toi, prié pour toi, vecu pour toi !

3 commentaires:

Nadege a dit…

Bonjour,

L'église est pour moi un endroit privilégié pour penser à nos enfants. Souvent, et je ne devrais pas le dire, pendant le sermon du prêtre, mon esprit vagabonde en Colombie. Je prie que toutes nos familles soient bientôt au complets, la tienne, la mienne et cellesde autres bloggers que j'ai pu rencontrer.
Courage
Comme dit la chanson : "Chaque jour de plus est un jour de moins"
NAdège

Carmi a dit…

Hola Fran:
S'esta fent llarga la l'espera.
Sent positiu, hi han dies que costa animar-se.
Jo també crec que tardarem un poquet més en donar-los una abraçada als nostres fills.
Tenim tant d'amor i estima que fa que cada dia pugam amb ell i no ens derrote.
Una besadeta.
Carmina

cuca a dit…

Cuanto te entiendo .... yo tambien rezaba por mi pequeñin, y por su mama, su papa, para que todos ellos sufrieran lo menos posible...

Solamente la ardiente paciencia hará que conquistemos una espléndida felicidad. Seulement la patience acharnée nous fera conquerir le plus beaux des bonheurs.
Pablo NERUDA
La esperanza es un estimulante vital muy superior a la suerte. L'espoir est un stimulant vital très supérieur à la chance
NIETZSCHE, Friedrich
Cada cosa tiene su belleza, pero no todos pueden verla. Chaque chose a sa beauté mais pas tous peuvent la voir
CONFUCIO
La manera más profunda de sentir una cosa es sufrir por ella. La manière plus profonde de sentir une chose est de soufrir pour elle.
Gustave FLAUBERT